Actions

Historique

« Quarante ans après »

La petite histoire des fondateurs du Quartier des Arts ASBL.

Nous avions à peine plus de trente ans. Nous aimions la Belgique et Bruxelles. Devant nos amis étrangers abasourdis, nous nous sentions humiliés par les démolitions scandaleuses, par les constructions horribles et par des projets de spéculateurs immobiliers sans goût. En deux mots : nous étions choqués et révoltés. La Maison du Peuple de Victor Horta avait été détruite et remplacée par une tour disproportionnée près de l’église de la Chapelle. Le Hilton s’élevait au-dessus de l’élégant Palais d’Egmont. Les deux principales banques s’apprêtaient à implanter des tours énormes, l’une au coin de la place Royale, l’autre rue Royale devant le Parc. Une extension de la RTT menaçait le Nord Est du Sablon. Un projet prévoyait la destruction de l’Hospice Pacheco.

Nous étions jeunes, idéalistes, désintéressés, et bien décidés à sauver ce qui pouvait l’être du charme et de la culture de notre ville. Nous en parlions entre amis et ce que nous disions commençait à faire tache d’huile.

Le 21 avril 1966, Le Soir publia un article de Jean Tordeur : « Plaidoyer pour une zone bruxelloise de muées et de sites architecturaux ». Daniel Janssen qui habitait 14 Place du Petit Sablon lui écrivit – sans le connaître – et l’invita à en parler. Ils se retrouvèrent en juin, discutèrent de l’objectif à atteindre et de la manière d’y arriver : Jean Tordeur clarifia l’objectif : « par le dépôt d’un PPA (Plan Particulier d’Aménagement) par la Ville de Bruxelles ». Daniel Janssen réunit chez lui, dès septembre, les six passionnés : Jean Tordeur, Michel Didisheim, Alain Camu, Mickey Boël et, plus tard, Pierre Laconte. Ils se retrouvèrent tous les mardis soir pour organiser la contre-attaque. Ils travaillèrent passionnément tout l’hiver. Ils étaient conscients de leur manque d’expérience et de ce que pour réussir ils devaient convaincre des personnalités éminentes et influentes. Albert Thys, le grand homme de l’électricité en Belgique, fut séduit dès la première visite par le projet et par ces jeunes enthousiastes : il connaissait « tout le monde » et aimait profondément Bruxelles, ses Institutions et les beaux bâtiments. Il accepta de devenir Président du Conseil d’Administration de l’ASBL « Quartier des Arts » à créer, et de convaincre Pierre De Rons, Echevin des Travaux Publics et des Finances de la Ville de Bruxelles d’en devenir Vice-Président. Puis Michel Didisheim nous emmena parler à son patron, S.A.R. le Prince de Liège : celui-ci nous accueillit avec gentillesse et humour, et était déjà tellement convaincu qu’Il accepta immédiatement de devenir Président du Comité d’Honneur « pour autant que mon frère le Roi Baudouin et le Premier Ministre n’aient pas d’objection ». Le Bourgmestre Cooremans acceptera de devenir Vice-Président du Comité d’Honneur.

Le Comité Exécutif fut créé avec les six fondateurs, Michel Didisheim étant Président et Daniel Janssen Vice-Président – auquel se joindra plus tard le Professeur Raymond Lemaire.

Un Comité Scientifique fut créé avec des personnalités dirigeantes des Musées, de l’Académie, des Beaux-Arts et de l’urbanisme, ainsi qu’un Comité Technique chargé de formuler certaines propositions.

Des statuts de l’ASBL furent rédigés puis enregistrés par le Notaire Jacobs – habitant au Grand Sablon et père de Georges Jacobs – afin que le Quartier des Arts devienne « un périmètre à animer, à défendre, à restaurer et à sauvegarder dans ses perspectives architecturales ».

A l’inverse d’autres groupes qui allaient se créer, nous avions décidé de travailler aussi bien avec des responsables des Pouvoirs Publics qu’avec des dirigeants du secteur privé, et de ne pas les critiquer publiquement afin d’établir la confiance.

Après avoir travaillé passionnément, avoir enthousiasmé les convaincus, séduit les sceptiques, neutralisé les opposants, rassemblé des influents dans tous les Conseils et Comité de l’ASBL, le printemps venu, le premier Conseil d’Administration se tint le 12 juin 1967, en présence de S.A.R. le Prince Albert et sous la Présidence d’Albert Thys.

A l’automne, le 11 octobre 1967, dans la grande salle de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, la première grande réunion publique du Quartier des Arts rassembla plus de deux cents personnalités des secteurs publics et privés, et entendit des discours de S.A.R. le Prince Albert, du Président Albert Thys, de l’Echevin De Rons et des jeunes Président et Vice-Président du Comité Exécutif Michel Didisheim et Daniel Janssen.

Nous avions commencé à arrêter la destruction et à mettre en route l’animation et la défense du Quartier des Arts. Nous avions sans doute aussi donné un exemple – au cœur du Royaume – d’un des premiers « Comités de Quartier » où les citoyens prendraient en charge l’histoire, la culture, la beauté et l’animation de leur quartier …

Pierre Laconte, Mickey Boël, Alain Camu, Jean Tordeur, Daniel Janssen, Michel Didisheim