Actions

Place du Trône

Place du Trône

Mise à jour : 28 juillet 2014

Jusqu’à la moitié du XIXe siècle, cet espace d’un demi hectare enserré entre le Palais Royal et les anciennes fortifications a connu différents sorts : notamment pépinière pour le parc de Bruxelles et puis terrain vague où les éboueurs de la ville déversaient les boues. Mécontent, le jeune roi Léopold II menaça d’annexer l’espace au jardin de son palais. Cela détermina la Ville à choisir d’y créer un jardin public qui sera dessiné en 1869 par Balat, architecte du roi.

Les temps ont bien changé. Le boulevard est devenu une autoroute urbaine, les hôtels de maître du quartier se sont transformés en bureaux attirant énormément de monde en journée. Tout en respectant son dessin historique, le Quartier des Arts a souhaité que le jardin soit plus qu’un lieu simplement décoratif, qu’il devienne aussi plus convivial.

Après avoir fait effectuer une étude historique par Xavier Duquenne fin 2009, une équipe du Quartier des Arts a rencontré le gestionnaire du site, Bruxelles-Environnement, qui a rapidement souscrit aux idées proposées. Après une étude de circulation et une consultation des principaux voisins et intéressés (Palais Royal, la Ville et Axa (nouveau propriétaire de l’immeuble ex-Tractebel)), un plan a été dressé qui veille à protéger le jardin des nuisances visuelles et sonores du boulevard par des haies et alignements d’arbres ; la rue de la Pépinière par son revêtement et sa largeur réduite permettra le passage d’un trafic apaisé ; des bancs seront adossés aux splendides murs du Palais face au sud ; la végétation sera repensée pour permettre la promenade et maintenir les vues sur les magnifiques batiments voisins ; les pelouses seront accessibles et quelques sièges seront mis à la disposition des flaneurs….

Ce plan sera présenté à la nouvelle ministre responsable de Bruxelles Environnement (nommée en juillet 2014) avec l’espoir d’une demande de permis d’urbanisme fin 2014 pour une exécution espérée en 2015. 

Il faut noter toutefois que le réaménagement du parc pourrait être tributaire de l’occupation possible d’une partie de sa surface lors des travaux de rénovation de l’immeuble Axa (ex Tractebel).

Retour